Australie occidentale

Vendredi 8 mars 2013

 

Nous sommes à Perth, plus exactement à Fremantle le port distant d’une vingtaine de Km du centre de Perth. Nous avons à peine le temps d’apprécier l’arrivée dans ce port très large où le regard ne rencontre que grues et cargos portes-containers toujours très colorés mais sans mouvements. Seul un train anime le quai de notre côté. Dès 8 h nous partons en excursion pour la journée dans le désert des Pinacles à 200 km au Nord de la ville de Perth. Nous avons hâte de voir la « campagne australienne » pour nous changer des villes qui sont toutes habillées du même costume de la mondialisation . Dans les grandes rues commerçantes, je défie quiconque de faire la différence entre ici ou ailleurs : mêmes marques, mêmes modèles, même prix. Les souvenirs sont pour la plupart fabriqués en chine et tout de même dessinés en Australie pour les objets de la culture aborigène.

Nous longeons la rivière Swan. The Swan, le cygne noir est le symbole animalier de l’Australie occidentale. Nous admirons un des quartiers résidentiels aux toujours belles maisons victoriennes .Des massifs de plumbagos, des lauriers roses, des agapanthes,des immenses ficus nous rappellent le climat méditerranéen. Karine notre guide, française de Paris, est arrivée ici il y a 7 ans avec en poche un master de communication, s’est mariée et a opté pour la nationalité australienne depuis quelques mois. Elle est sympathique et forme une bonne équipe avec notre chauffeur Roger’s.

Première halte au parc animalier de Caversham où nous admirons des animaux indigènes : Kangourous et leurs bébés qu’on aurait pu prendre dans nos bras, adorables Koalas duveteux, cacatoès et un spécimen de Wombat, genre de petit ourson à tête de cochon très gentil. Tous se laissent caresser le temps d’une photo. Détour par la boutique, je trouve notre Magnet pour l’escale « Perth » (j’en achète une à chaque escale…) avant de continuer notre route pour le prochain arrêt déjeuner. Très bien organisé le repas cuisine internationale est servi : Des assiettes de poulet, des assiettes de poisson à toutes les tables et on échange avec son voisin ou sa voisine selon ses goûts. Buffet de dessert et de fruits, café et nous repartons après un petit tour de parc où sur les branches des grands eucalyptus nous admirons des Koalas endormis.

Les émeus, les plus grands oiseaux d’Australie, ne volent pas mais peuvent courir jusqu’à 55 Km/heure. Les femelles pondent. Les mâles couvent les oeufs pendant que les femelles courent chercher

d’autres mâles. Anecdote racontée par Karine pour nous tenir éveillés et à point nommé : Aujourd’hui c’est la journée de la femme.

Nous roulons. La campagne qui nous évoquait la Charente- Maritime avec ses forêts de pins se désertifie et seuls de petits arbres à herbe « Grass tree » ponctuent le paysage. L’Australie occidentale a un climat méditerranéen : 25° en moyenne toute l’année. Hiver très doux. Nous sommes au début de l’automne, et il fait très beau et très chaud. 35°. Heureusement un vent bienfaisant nous aère alors que nous découvrons les roches calcaires qui se dressent telles des flèches sur du sable fin jaune ocre dans le parc national de Nambung qui accueille cet étonnant désert des Pinnacles. Ce fascinant paysage couvre quelques 400 hectares. Nous marchons au milieu de chemins tranquilles où de petites tempêtes de sable nous fouettent le visage au milieu de ce paysage inimaginable.

Retour au car dont le moteur a des râtés.

Roger’s notre chauffeur s’arrête de temps en temps, vérifie la mécanique, nous dit d’en profiter pour photographier; Il y a des panneaux « Attention Kangourou, émeu ou hérisson ». Les par- chocs des bus sont équipés pour protéger les kangourous qui sortent à la tombée de la nuit et traversent les routes. Sur notre chemin de retour nous nous arrêtons dans le petit village de pêcheurs de Lancelin. Le village n’est pas pauvre. Les plus belles maisons appartiennent aux pêcheurs de langoustes qui sont très riches.

L’océan indien est là à proximité. Je ne résiste pas, je me trempe les pieds.

Nous ne sommes pas au bout de nos émerveillements quand nous apercevons une autre attraction naturelle très insolite : D’un côté le la mer, et de l’autre le désert et les imposantes dunes de sable blanc que nous pourrions prendre pour de la neige. Nous sommes des enfants heureux de grimper au sommet de ces collines de sable qui s’allongent à l’infini. Les couleurs du soleil couchant les ennoblissent de reflets nacrés et mouvants.

Nous admirons, nous photographions en prenant soin de protéger les objectifs. Là aussi le sable est vif sous le vent.

Nous sommes presque assommés par tant de beauté. C’est la fin de la journée. La centaine de km qui nous sépare de Perth se fait dans le calme. Roger’s ne s’arrête plus malgré quelques bruits bizarres. Il fait nuit, Perth scintille, nous longeons le King’s Park, avec une vue magnifique sur la baie pour une dernier arrêt photo. Les australiens vivent en plen air et intensément les vendredis soir où ils se rassemblent pour des piques-niques, des barbecues ou allongés dans l’herbe sur les flancs de cette colline. Nous arrivons à Fremantle. Le Déliziosa est toujours là. Nous sommes le dernier car. Nous applaudissons Karine notre guide, et Roger’s notre chauffeur. Il est 21 H 25, et le « Tous à bord » est à 21 H 30 ! Il était temps. Les buffets sont encore ouverts, nous allons pouvoir nous restaurer avant un petit tour de pont pour un aurevoir au port de Fremantle et prendre notre route direction SINGAPOUR. 5 Jours de mer !

 

merci à mes lecteurs. Je ne vous oublie pas mais la connexion est toujours aléatoire ! A bientôt .

Ce contenu a été publié dans Mes nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.