ETINCELLES

Pertinence, cohérence, on ignore encore les passerelles, le chemin de Compostelle, les objectifs des projets et ceux des appareils Réflex pour les rêves de parenthèse. Alors on corrige, on répare au hasard, on sort les usines à gaz.

On se pose, on se dépose, on se réveille d’une épopée de sommeil.

 

 

 

Les origines toutes emmêlées par les temps qui courent nous poursuivent de leur assiduité.

 

 

Il faudra aller plus loin, peut-être en train genre transsibérien.

Trouver les espaces, les ignorer, tourner la tête et de toute façon avancer.

Ce contenu a été publié dans Mes nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *