La joie du voyageur

Je secoue la poussière d’une étape avant de m’élancer vers une autre !

Aquarelle carnet de voyage septembre 2013

Charmée par Nice, Cagnes sur Mer, Saint-Paul-de-Vence, Vence,  je respire le plaisir de retrouver ma campagne bordée de vallons, de chemins, de haies, de pâturages…

Jours heureux je n’écris plus et les mots s’envolent comme la fin de l’été. Bonheur indicible de ce paysage où je ramasse les mûres. Paix dans mon coeur. Les nuages aussi bougent, un peu d’ombre, l’air est frais, une écharpe pour sentir ma chaleur, pour la garder. J’ai relu Jane Eyre bien emmitouflée dans mon vieux relax. Sur la ligne d’horizon un arbre solitaire m’emmène dans mes pensées retrouvées. J’aime cet air de pré-automne et pourtant j’ai froid parfois. L’air doré de ma peau s’estompe. Le soleil posé sur moi au milieu de l’immensité des océans s’efface doucement.

Ce contenu a été publié dans ça n’intéresse personne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.