Ne pas oublier

2015-06-16 16.02.00Oulan Bator Mongolie 25 Juin 2015 ! 1350 mètres d’altitude !  7 h ici et minuit en France. Il fait toujours beau. Nous quittons  l’hôtel Gengis Khan. Prenons le Transsibérien direction Pékin arrivée prévue demain vers 13 h. La météo annonce 35 degrés.  Notre jeune guide Mongol est monté dans le train wagon 3 pour ses au revoirs dans chacune de nos cabines. Puis je l’imagine de retour dans sa famille avec sa femme et son fils de 18 mois. À 8 h  Départ du train. Très vite nous retrouvons nos paysages de Mongolie, puis les collines s’enfuient. Plus on avance et plus nous sommes dans le début de ce fameux désert de Gobi. Notre journée sera un émerveillement de tous les instants tant cette terre aride est généreuse de couleurs. Le ciel éclatant de bleu s’adoucit parfois de quelques jolis et délicats nuages cotonneux. Des troupeaux de chameaux, de chèvres pour le cachemire, agitent le paysage. Il n’y a pas un souffle de vent si ce n’est la vitesse du train qui  secoue la végétation qu’on pourrait presque toucher. De petites touffes d’herbe verte ou beige attendent une bénéfique averse. L’eau se glisse alors dans ces ruisseaux secs que l’on pourrait prendre pour des chemins.  Nous sommes complètement dans ce désert enchanteur pour nous qui ne faisons que l’admirer. Aucun désir de domination ne l’anime. Une gare arrive, petit arrêt pour la photographier et se retourner sur notre train que je trouve très beau. Une petite fille fait du vélo à côté de sa maman qui tient un petit stand ambulant de boissons et gâteaux. Les passagers descendus à quai sont joyeux et notre deuxième arrêt confirme cette gaieté des visages. Je peux même faire quelques pas à l’extérieur de cette gare à l’allure mexicaine toute blanche brodée de bleu sous le soleil. Quelques français d’un autre groupe me rappellent les avoir vus au début de notre voyage. Ils s’adressent à notre accompagnateur pour des précisions sur notre passage à la frontière Mongolie-Chine où nous serons à 19h 40. Puis nous repartirons vers 1h du matin, heure chinoise, après multiples formalités administratives et surtout techniques. Entre autres on enlève le wagon restaurant qui ne peut pénétrer sur le territoire chinois pour des raisons d’hygiène. Je l’ai visité en arrivant et il est très beau. À midi je n’y suis pas allée dans ce superbe wagon restaurant pour le repas avec le groupe. Je suis restée seule dans ma cabine pour un peu d’aquarelle. Il est entré, il s’est assis en face de moi. Il est venu passer un petit moment avec moi. Le charme profond de la Russie est dans cet homme. Il l’a fait tant de fois ce voyage et il est toujours en émerveillement. Il me dit avoir vu des arcs en ciel … Dans le petit poème lu au camp des yourtes je parle des toits des petites maisons, compagnes des yourtes, aux couleurs d’arc en ciel perpétuel. Nous parlons de la nature, de la vie, des espoirs des peuples où qu’ils soient dans le monde : la santé, le bonheur pour leur famille, enfants et petits-enfants. Il me parle de van Gogh qui a appris le dessin à 35 ans. Je lui parle de Hundertwasseur. Dans la nature il n’y a pas de lignes droites qui sont invention de l’homme. Il me dit être passionné de géographie, posséder d’ innombrables cartes. Me raconte Agatha Christie dont le film tiré de son livre « mort sur le Nil » a été tourné ici. Et il la cite  » j’ai de la chance d’être mariée à un archéologue, plus je vieillis plus il s’intéresse à moi »  Nous regardons l’immensité de l’infini à travers les vitres du train en silence. Nous nous émerveillons pour envoyer des bonnes ondes dans le monde. Il me raconte son village, le cimetière dans la forêt, la taïga, là où il sera pour se reposer à l’ombre des arbres.   Certains de ses amis trouvent qu’il y a des papiers, des plastiques qui traînent, que ce n’est pas net. Lui il ne voit que les reflets du lac qui scintille au soleil.  Il part, je le remercie de ce moment passé avec moi  » c’était un vrai plaisir » me dit-il.

Ce contenu a été publié dans Mes nouvelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *